Phrases (du jour) d’écrivain : Mr Roth

imageordi

Quand on écrit, on ne lit plus les livres de la même façon. Certaines phrases attirent l’attention, plus que d’autres, et notamment celles qui parlent de l’écriture. Elles donnent à réfléchir, rassurent ou désespèrent.
« Or, quand un écrivain relit ce qui lui a coûté deux ans de travail (ou même un an, ou même six mois) pour découvrir qu’il s’est irrémédiablement fourvoyé et abattre sur sa prose le couperet de la critique, il se trouve en général plongé dans un désespoir suicidaire qu’il peut mettre des mois à surmonter. » Voilà une sympathique citation extraite de La tache, de Philipp Roth. En effet, c’est souvent après relecture, après un certain temps, qu’on peut avoir un regard critique sur ce qu’on a écrit. Parfois, on se relit, et on se dit : « c’est moi qui a écrit ça ? ». Suivant le ton, ce peut être dit avec enthousiasme ou au contraire avec dépit (ou désespoir). En tout cas, j’applique souvent la méthode du « tiroir ». Quand on a finit un texte, laissez reposer au frais, au fond d’un tiroir et y revenir des semaines, des mois plus tard. Une bonne façon d’oublier ce qu’on a écrit et d’avoir du recul.

TIROIR
Le tiroir. Là où on laisse reposer le texte. Comme une pâte. Si ça n’a pas levé, c’est râté !

Autre citation, toujours extraite de La tache :
« Voila ce qui arrive quand on écrit des livres. Ce n’est pas seulement qu’une force vous pousse à partir à la découverte des choses ; une force les met sur votre route. Tout à coup, tous les chemins de traverse se mettent à converger sur votre obsession. »
Il est vrai que lorsqu’on travaille sur un sujet, tout nous y ramène, à un moment ou un autre. Un détail qui nous entoure, une phrase, un mot, un objet, un visage… Les choses surgissent sur notre route et parfois s’intègrent, consciemment ou non, à notre histoire.

livre

Publicités

2 réflexions sur “Phrases (du jour) d’écrivain : Mr Roth

  1. Comme c’est vrai, je n’arrive plus à lire (pour le moment) comme unique lectrice embarquée. Je suis deux dont celle qui voit si le personnage tient la route, si l’intrigue est cohérente, celle qui repère une faiblesse ou un cliché, oh surtout les clichés… Quant à laisser reposer, cela peut être rafraichissant de retrouver son texte pour le retravailler.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s