Machu picchu : fin ! La descente

La descente du Machu Picchu à Aguas Calientes est l’occasion de profiter d’une belle balade en forêt, ce qui est fort agréable lorsqu’on vient de l’altiplano et qu’on n’a pas vu d’arbres depuis longtemps !

En fait, on peut aussi faire la montée à pied (deux heures théoriquement), mais avec mon mal d’altitude, j’ai fait la feignante et suis montée en bus. Sans regret, à pied, je crois que j’y serais encore ! ( Je vous parlerai une autre fois de la meilleure méthode pour lutter contre le mal des montagnes : la coca).

Ce qui est épatant : les falaises couvertes de broméliacées (plantes épiphytes de la famille de l’ananas si vous préférez), qui s’agrippent tant bien que mal aux roches ou aux arbres.
Assez impressionnant. En tout cas, à nouveau, l’environnement du site est magnifique et vaut le coup rien que pour ça !

bq1 bq2 bq3 bq4 bq5

bq6

 

 

Le Machu Picchu, suite !

Encore quelques photos du célèbre Machu Picchu.
On remarque les impressionnantes constructions de pierre.

maccchu pierres bq

Des broméliacées qui poussent et quelques rares arbres. Et surtout, la magique atmosphère brumeuse.

macchu 2 bq macchu pi bq1 macchu picchu 3 bq

Il y a la possibilité de continuer la visite en allant se promener vers le pont des Incas. Traversée non obligatoire ! Il faut quand même signer à l’entrée du sentier et à la sortie… histoire de vérifier que personne n’a fini sa journée dans le ravin. En tout cas, le chemin est superbe, vue et végétations grandiose.

pont2
Le pont de l’Inca

chemin bq paysage bq pont bq vallee bq

touristes bq

Le Machu Picchu. Enfin !

macchu picchu bq

Avant un petit détour en Laponie, j’en étais restée au Pérou et à Aguas Calientes, le village proche du Machu Picchu. Retournons-donc en Amérique du Sud !

Une belle journée pour découvrir ce site exceptionnel. Comme d’habitude quand on va visiter ce genre de lieu, on ressent parfois une certaine appréhension. Est-ce que cela va être vraiment magique, comme c’est censé l’être ? Est-ce que ce sera une visite formidable et mémorable, puisque l’on est censé être sur l’un des lieux les plus incroyables de la planète ? Ne va-t-on pas être déçu ? Ne va-t-on pas trépigner derrière une foule de touristes qui gâchent la vue ?

Je n’ai pas fait comme certains voyageurs un peu snobs avançant « oh, le Machu Picchu, c’est trop touristique ! Je n’irai pas visiter ». A ceux-là, j’aurais envie de dire : « venez-donc dans certains bleds de Lorraine, vous êtes sûrs de ne pas vous bousculer.

En tout cas, en se rendant au Machu Picchu de bon matin en novembre, bonne surprise, il n’y a pas grand monde. Faut dire qu’on nous conseille d’y être à 6h30 du matin, et c’est une bonne idée. Quelques petits groupes d’une dizaine de personnes s’y promènent et c’est tout. Par moment, on ne voit rien du tout, tant c’est nuageux. Mais quand le ciel se dégage un peu, c’est grandiose ! Rien que le décor est incroyable, avec des montagnes aux falaises abruptes. Et bien sûr, des lamas !

lama macchu 2 bq lama macchu bq

Dans les rues d’Aguas Calientes, Pérou.

Toujours pas le Macchu Pichu ! Patience, c’est le prochain épisode.

En attendant, voici un petit album photo d’Aguas Calientes, autrement dit Macchu Pichu pueblo (ou Macchu Pichu village). C’est ici qu’on arrive en train le soir, en attendant la fameuse visite le lendemain aux premières heures du jour. En déambulant dans les quelques ruelles, on retrouve une petite ambiance péruvienne agréable et plein de vie, dans cet étrange bled au bout du monde. Le train s’arrête au pied des montagnes, et après, plus rien.

 

Aguas Calientes en noir et blanc, Pérou.

Machi Picchu NB 7 police BQ

Des photos noir et blanc dans un pays comme le Pérou, si coloré. Quelle idée ! Mais ca donne une petite idée de l’atmosphère d’Aguas Calientes. Etrange village ou petite ville, même, au milieu de nulle part. Le soir, dans les ruelles, en s’éloignant un peu des amas d’hôtels, on découvre un vraie ambiance de village, où les policiers s’ennuient, où l’on nettoie les rues, où les jeunes restent collés à leur portable, où tout se construit et où l’eau coule toujours sous les ponts. Au Pérou, y a pas que le Machu Picchu ! Il y a aussi la vie de tous les jours.

Machu Picchu NB 8 Aguas BQMachu Picchu NB 9 AguasBQMachu Picchu NB 12 rue

Le train des Incas pour le Machu Picchu

IMGP2873basse def

Pour se rendre au célèbre Machu Picchu, plusieurs possibilités. La plus simple est de prendre déjà la train  surnommé « des Incas » ( bien que l’on se doute que les Incas ne prenaient pas le train). Il n’y a plus de train direct depuis Cuzco. Alors à partir de cette ville, on peut prendre un « collectivo », sorte de taxi collectif, pour se rendre à Ollantaytambo, et de là, emprunter le mythique train jusqu’à Aguas Calientes (Macchu Picchu village si vous préférez). Il faut savoir que c’est maintenant un train très touristique, et que c’est l’une des  lignes les plus chères du monde au kilomètre ! Je voyage avec Perurail et le train emprunté s’appelle Vistadome, et l’on peut apprécier la vue des fenêtres panoramiques. Le trajet dure deux heures, au creux des montagnes. Un trajet magnifique à faire absolument pour tous les amateurs de train. Par contre, inutile d’imaginer aller ainsi à la rencontre des populations locales, il n’y a que des touristes. J’avais en tête de vieux reportages sur le train des Incas, avec à bord seuls des Péruviens et où les étrangers faisaient figure d’extra-terrestres, mais il semble déjà que c’était il y a une éternité.

Beau reportage de 1994 à retrouver dans les vidéos de l’INA.

J’avoue aussi que j’aurais bien aimé prendre d’autres trains au Pérou, mais le prix est assez décourageant. Par exemple, pour se rendre de Cuzco à Puno, il y en a pour 160 dollars en train, et 15 dollars en bus. J’attendrais donc la Bolivie pour reprendre le train.
En tout cas, je conseille absolument de prendre au moins le train pour aller à Aguas Calientes. Confortable, unique, paysages superbes !

IMGP2874basse defIMGP2875basse defIMGP2878basse defIMGP2880basse defIMGP2883basse defIMGP2885basse defvitres trains2basse def