Chats et shopping à Istanbul

chat 1 (2000x1328)

Istanbul est une ville de chats et je n’aime pas trop le shopping.
Aucun rapport. Et puis si.
La population de chats à Istanbul est probablement plus importante que celle des Stambouliotes (un joli mot par ailleurs). Plus sacré qu’une vache indienne, plus connu que le loup blanc, le chat est copain comme cochon avec les habitants de la ville. Il rôde, entre ruelles et mosquées. Un diction populaire dit : « si vous avez tué un chat, il vous faut construire une mosquée pour être pardonné par Dieu ».
Voilà pourquoi le chat se retrouve sur les tee-shirts des petites boutiques artisanales du quartier bohème de Galata. Et voilà pourquoi j’ai acheté un tee- shirt chat, qu’on ne trouve pas dans toutes les boutiques du monde qui se ressemblent désespérément.
Galata est un quartier bien agréable, jolies bâtisses, petites boutiques et cafés agréables. De nombreux créateurs y ont élu domicile. Plus tranquille que le quartier de Beyoglu, juste au dessus.

C’est Tatras, mon félin préféré, (surnommé « le tigre aux dents de sabre » ou plus communément « le gros »), qui joue le mannequin. L’allure fière, le poil soyeux, le port majestueux, Tatras vous propose la collection printemps-été de ma garde-robe. Son frère Rachou, un peu jaloux, se joint à lui pour une sieste bien loin du Bosphore.

chat 2 (2000x1328) chat 3 (2000x1328)

Publicités

Kumpir : miam miam !

IMGP7302 (3000x1993)

Au bord du Bosphore, quoi de meilleur qu’un bon kumpir dans le froid de décembre en attendant le bateau. Regarder les gens et les chats, les amoureux et les vieux. Déguster la patate et éviter de s’en mettre partout. Ca va vite, c’est simple et… c’est bon !

Istanbul se réchauffe. C’est le goût des olives, des champignons et de la ville.

A déguster dans le quartier d’Ortakoy, au Nord d’Istanbul, le dimanche midi. Quartier charmant, petites ruelles et marché. Pas trop de touristes, en dehors des vrais Stambouliotes !